Yapuka : la start-up au service des étudiants


Plus jeune, Sandra a souvent eu l’occasion de travailler en tant qu’hôtesse pour le Groupe Pénélope. Aujourd’hui auteure et entrepreneure à succès, Sandra nous en dit plus sur son nouveau projet Yapuka.org.

 

 

Après des études supérieures en gestion à l’IAE de Paris et 11 années passées chez Coca Cola en tant que Négociatrice grands comptes et channel marketing, Sandra Le Grand se lance avec succès dans la création de Canalce/ Kalidea, un site dédié aux comités d’entreprises et aux salariés. En 2017, elle co-fonde avec son associée Valérie Falala, la plateforme Yapuka.org, mettant en relation étudiants et jeunes diplômés avec des entraîneurs pour la préparation des entretiens de concours d’écoles, de stages et de premiers emplois.

Nous avons eu le plaisir de l’accueillir dans nos locaux. Elle nous a parlé de sa start-up.

 

17 ans après votre première expérience entrepreneuriale, vous vous êtes lancée dans la co-création de Yapuka.org. Qu’est ce qui a été différent par rapport à la première fois ?

 

Nous avons eu l’occasion de faire une tribune sur le sujet avec mon associée Valérie : créer à 30 ans et créer à 50 ans, c’est effectivement complètement différent, néanmoins l’énergie donnée doit toujours être la même.

C’est différent parce que, dans un premier temps, à 50 ans on a généralement plus de réseau, il y a également une certaine maturité qui s’est installée. On se rend plus facilement compte de ce qui marche et de ce qui ne marche pas, on devient donc plus sélectif.

 

Créer à 50 ans, c’est également prendre plus de risques. Déjà installé dans un confort quotidien, on peut avoir plus de choses à perdre… Opérer en mode start up, c’est risquer des situations d’inconfort, d’instabilité, notamment du point de vue financier. Cela étant, chaque âge a ses avantages et ses inconvénients, ce qu’il faut retenir c’est qu’importe l’âge, l’énergie fournie ainsi que la passion doivent toujours être au maximum !

 

Yapuka logo

Aujourd’hui vous êtes à la tête de Yapuka, une plateforme qui aide les jeunes à booster leur avenir. Qu’est-ce que vous conseilleriez aux étudiants pour valoriser leurs CV ?

 

#JOBETUDIANT : Je conseille toujours de faire des jobs étudiants. Lorsque je recrute, c’est l’une des premières choses que je regarde dans les CV. C’est aussi quelque chose que je demande aux étudiants que j’entraîne. Yapuka.org entraîne les jeunes à leur entretien oral de motivation et de personnalité pour des concours d’entrée aux écoles, pour les stages et les premiers emplois, nous essayons de mettre toutes les chances de leurs côtés pour réussir leurs projets. Un CV « vierge » peut vite s’avérer pénalisant.

 

J’encourage donc les jeunes à faire des jobs étudiants, des expériences associatives, quels qu’ils soient, et de les optimiser en mettant en avant ce que ça leur a apporté en termes d’apprentissage. Pour que cela ne soit pas désordonné, j’invite mes étudiants à classer leurs expériences dans le CV en les groupant par 2 ou 3 pour ne pas avoir un grand listing d’expériences. Il faut veiller à ce que le recruteur comprenne la logique du CV et des expériences listées.

 

Je pense sincèrement que les emplois étudiants, sont nécessaires au développement de chacun. Se confronter à la vie active, découvrir ce qui se passe dans les différents métiers… ce sont des choses essentielles. Le contact humain est également très important. Lorsque j’étais hôtesse chez Pénélope, j’ai rencontré des personnes intéressantes, ce qui m’a permis à la fois d’appréhender les relations humaines mais surtout de garder des contacts et de développer l’aspect réseau que je maîtrise aujourd’hui très bien et qui m’a permis d’être ce que je suis.

 

Où en êtes-vous avec Yapuka ?

 

Yapuka nous occupe beaucoup parce qu’on l’a lancé il y a maintenant près de 2 ans. Yapuka, c’est à la fois des candidats qu’on entraîne et 120 entraîneurs sélectionnés et formés par Valérie à la méthode Yapuka : des étudiants, des coachs, des chefs d’entreprises, des experts RH ainsi que des responsables formation. C’est un panel assez varié d’entraîneurs qu’on sélectionne avec soin. Notre objectif est de mettre en contact ces entraîneurs avec les jeunes qui ont besoin d’un coaching pour leurs passages à l’oral. Le coaching est composé de 3 séances d’1h30 chacune.

 

Nous travaillons également avec des écoles et des universités comme SKEMA, Sup de Vente, et Dauphine, en animant des ateliers et journées d’entraînement à l’oral dans le cadre des parcours carrière Emploi / relation entreprise organisées par ces écoles.

 

Pour les jeunes boostés par Yapuka cela se passe très bien puisqu’ils ont de très bons résultats. C’est aussi un moyen efficace pour prendre confiance en soi. Cette confiance acquise grâce à Yapuka les aide pour le reste de leur vie, et c’est une grande fierté pour nous.

D’ailleurs en entreprise, nous sommes souvent amenés à présenter des projets ; un passage par Yapuka peut beaucoup aider, la façon de s’exprimer et l’éloquence étant des critères très importants.

 

 

D’autres conseils pour les jeunes ?

 

N’ayez pas peur d’avoir plusieurs jobs, plusieurs métiers et plusieurs statuts.

Plusieurs jobs parce qu’on démarre parfois en tant que commercial puis on fait du marketing et ensuite du digital, etc. N’hésitez pas, la curiosité est une qualité essentielle, il faut donc sans cesse découvrir et se former par soi-même notamment grâce aux MOOCs & Webinars.

Deuxièmement, on ne passe plus 40 ans dans la même entreprise, on change plusieurs fois, donc n’ayez pas peur d’expérimenter plusieurs entreprises. N’ayez pas peur d’adopter plusieurs statuts. On peut commencer en tant que salarié, passer au statut de micro-entrepreneur ou de freelance selon nos aspirations, notre situation familiale, etc.

 

J’encourage vivement les jeunes à faire plusieurs choses, à être adaptables, réactifs et agiles. Mais aussi à ne pas s’inquiéter et croire en leur bonne étoile parce que l’ambition appelle l’ambition et les gens positifs attirent des gens positifs.

Je pense que les ingrédients tels que l’optimisme, la positivité, l’action, l’ambition et le « think big » sont des moteurs pour avoir une vie formidable. Dans la vie il n’y a pas de fatalité, il faut simplement prendre son destin en main et c’est d’ailleurs ce que je cherche à donner à ces jeunes avec Yapuka.

 

Je constate tristement que souvent les jeunes ne se rendent pas compte de leurs potentiels. Chez Yapuka, on considère qu’il y a des victoires partout. On essaie d’abord de lister, de décrypter ce qu’ils ont fait pour voir ce que ça leur a permis d’acquérir comme qualités ; cet exercice leur permet par la suite de valoriser beaucoup mieux leurs parcours et de réussir leurs entretiens.


Les recruteurs demandent souvent d’expliquer pourquoi telle ou telle formation. Selon vous quel est le but de ces questions ?

 

Le but de poser ces questions lorsqu’on est recruteur est justement de savoir comment la personne défend ses projets. Selon moi, au-delà de la formation ou de l’expérience en elles-mêmes, l’important est d’arriver à expliquer ce que ces dernières nous ont apporté.

J’apprécie la polyvalence, mais il est important d’avoir un fil conducteur. Chez Yapuka, notre objectif est de trouver ce fil rouge qui donne de la cohérence au parcours.


Finalement, avec Yapuka vous permettez aux jeunes de se lancer

 

Exactement, on leur dit « vous avez du talent ! », il suffit de l’exprimer, le factualiser, donner des arguments et ensuite de l’exprimer de manière concrète.

J’ai pu me rendre compte du potentiel de ces jeunes. Il y a un avant et un après l’entraînement Yapuka. Nos étudiants ont d’excellentes notes et sont sélectionnés par des écoles prestigieuses et arrivent à décrocher de beaux stages et des premiers emplois. Il suffit vraiment de peu pour libérer le talent des jeunes !



Co-fondatrice de Yapuka.Org 

Yapuka prépare aux entretiens oraux académiques et professionnels, et permet de décrocher l’école, le stage ou l’emploi de ses rêves.


 Speaker-Conférencière

www.sandralegrand.com


Auteure du livre «#AMBITION»

2016, éditions Télémaque

Coécrit avec Évelyne Platnic-Cohen, ce livre, préfacé par Mohed Altrad, est composé de 15 tweets, des TEDx, de témoignages de personnalités, du vécu des deux auteures,…


Auteure du livre «ENTREPRENDRE : un peu,
beaucoup, PASSIONNÉMENT»

2010, éditions Télémaque

Coécrit avec Jean-François Boisson, ponctué des conseils du coach Nathalie Ville-Grospiron et préfacé par Véronique Morali.

« Un parcours unique, une méthode pour tous ! »

Yapuka : la start-up au service des étudiants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez
Tweetez
Partagez