Rencontre avec Christine – #SEEPH2018


Le Groupe Pénélope est engagé depuis de nombreuses années dans une politique volontariste d’emploi des personnes en situation de handicap. Cet engagement s’est concrétisé, entre autres, par la création d’une mission handicap qui oeuvre, sous la direction d’Emilie Garnier-Vivien, à l’intégration et au maintien dans l’emploi de nos salariés en situation de handicap.

 

Dans le cadre de la #SEEPH2018, nous avons voulu mettre à l’honneur quelques uns de nos collaborateurs, qui bénéficient aujourd’hui du soutien de la mission handicap du Groupe Pénélope. Dans cet article nous découvrons le témoignage de Christine, adjointe de la Directrice Régionale de Paris au sein du Groupe Pénélope.

 

Je suis arrivée chez Penelope en implantation merchandising en novembre 1997,  après une carrière d’opératrice de saisie  et une période d’absence pour élever mes 6 enfants.

 En janvier 1998 j’ai évolué vers un poste d’attachée commerciale en magasin. Je supervisais une équipe et je gérais les secteurs du 89 ,76, 75, 77, 27, 28.

Puis en 2002, j’ai intégré un poste en interne en booking merch et en contrôle terrain en magasin. Le merchandising s’étant ensuite arrêté, je suis devenue chargée des opérations et suis aujourd’hui l’adjointe de la directrice régionale de Paris.

En 2015, j’ai dû subir une intervention du dos, qui ne me permettait plus d’avoir une activité à temps plein.

Je savais qu’il y avait une mission handicap dans mon entreprise, je suis donc allée voir Emilie qui m’a accompagnée en toute confidentialité dans la mise en place d’un dossier de reconnaissance administrative. 3 mois plus tard la MDPH m’a attribué la reconnaissance administrative de mon handicap.

Emilie m’a ensuite accompagnée dans l’adaptation de  mon poste de travail à mes contraintes médicales. C’est grâce à cela que j’ai pu garder mon poste, mon employeur s’est adapté aux conséquences liées à ma pathologie : j’ai pu bénéficier d’un mi-temps et de l’aménagement de mon poste : un siège ergonomique, un repose pieds et un casque.

Le dossier administratif peut paraître compliqué dans sa mise en place et la mission handicap est indispensable car elle nous oriente et nous accompagne dans cette démarche. C’est encourageant, cela nous permet de montrer que nous ne sommes pas différents des autres.

Je me sens libre de parler de mon handicap dans la mesure où cela peut aider les autres à s’orienter.  Beaucoup de gens ne pensent pas que la maladie dont ils souffrent peut être reconnue administrativement et leur permettrait de débloquer des moyens pour faciliter leur quotidien.

Par exemple une personne souffrant de diabète ou souffrant de migraines, ce sont des maladies reconnues comme handicap, elles peuvent entraîner une réduction des capacités de travail, ou une fatigabilité. Avec la reconnaissance administrative,  l’employeur peut aider le salarié afin qu’il soit maintenu sur son poste dans les meilleures conditions possibles.

Souvent on entend par handicap quelque chose qui se voit, comme une personne en fauteuil roulant par exemple, il faut savoir que dans la majorité des cas le handicap est invisible.

Pour un meilleur confort de vie, je pense qu’il est préférable de communiquer avec son entreprise, cela peut également montrer que le handicap n’est pas forcément.

Christine, adjointe de la Directrice Régionale de Paris au sein du Groupe Pénélope.

Rencontre avec Christine – #SEEPH2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez
Tweetez
Partagez